Guide de protection de propriété intellectuelle : partie 2

Guide de protection de propriété intellectuelle : partie 2

2e étape : Établissez une stratégie de commercialisation (qui inclut la protection de votre idée matérialisée)

Distribution locale, provinciale, nationale ou internationale ? La distribution locale est souvent liée à votre personne, à votre nom, à votre réputation, alors que le marché à l’international sera nécessairement lié à votre produit ou à vos services, qui seront alors présentés sous la forme d’un guide de savoir-faire ou d’une franchise. Pour déterminer cet aspect, vous devrez avant tout vous questionner sur les valeurs et la mission de vos entreprises.

Vous aurez également à réfléchir au positionnement de vos produits et services. À qui souhaitez-vous vendre ? Quelle image souhaitez-vous présenter ? Quelle place souhaitez-vous occuper dans le quotidien de vos clients ? Ce positionnement permettra de déterminer la stratégie d’implantation à prioriser.

Ce positionnement est essentiel pour déterminer son besoin en matière de protection juridique. Par exemple, il dictera le besoin d’enregistrer une marque de commerce ou non. Autrement dit, la protection juridique varie selon le modèle d’affaires d’une entreprise.  Enregistrer une marque de commerce pour un projet à échelle locale peut être inutile, alors que l’enregistrement de plusieurs marques de commerce pour un projet d’envergure internationale peut s’avérer plus qu’essentiel. Le problème est que l’inverse est aussi vrai : un projet local peut nécessiter l’enregistrement d’une marque et pas le projet à l’international. Quitte à me répéter, cela dépend de plan d’affaire pour chacune de vos entreprises.

Il importe également, dans l’élaboration de son plan d’affaires, d’exploiter toutes les ressources à notre disposition. Un entrepreneur, s’il est expert dans son domaine, doit savoir admettre qu’il n’est pas expert dans tous les domaines de la création d’une entreprise… …. Bon, j’entends des entrepreneurs en démarrage me dire : «Hey, Tom, j’ai pas une cent! Comment veux-tu que j’engage des ressources pour m’aider!». J’en entends d’autres me dire : «Tom, j’ai dépensé 25 000 $ en publicitaires et ils ne m’ont rien rapporter ces enfants de ….!»… … J’ai jamais dit que démarrer une entreprise était facile! En effet, vous allez manquer de liquidité, c’est immanquable! Dans tous les domaines possibles et imaginables, le démarrage ou l’expansion d’une entreprise nécessite une liquidité qui n’existe pas. Toutefois, vous devrez la trouver! C’est pourquoi, je suggère que votre premier acolyte, dans ce merveilleux projet qui est le vôtre, soit quelqu’un qui s’y connait en finance… 

Anyway, je sais que je réponds à moitié à ces critiques, mais il demeure que si un entrepreneur développe des produits et services portant une marque distinctive ou une innovation, il devra nécessairement consulter un avocat pour assurer un plan de protection pour ceux-ci.

Dans la troisième étape de ce guide, nous verrons les différentes protections offertes par les lois provinciales et fédérales et celles des autres pays.

Cependant, vous aurez dès lors compris à quel point il importe de bien définir son idée, de bien le conceptualiser, d’établir une stratégie de commercialisation, pour ensuite le présenter à un juriste qui s’occupera de vous conseiller sur la meilleure protection qui soit. Et, si je peux me permettre, ne vous contentez pas d’écouter, comprenez ce que le juriste vous explique. S’il l’explique mal, posez-lui des questions. Parce que si votre projet fonctionne bien, il vous portera ailleurs, bien plus loin dans votre modèle d’ambition, et ces concepts de protection juridique reviendront encore. Ainsi de suite, parce qu’un entrepreneur ne s’arrête jamais. C’est sa nature et notre société en a grand besoin.

À très bientôt,

LTD

 

Laisser une réponse