L’ignorance juridique mène à la souffrance du portefeuille!

L’ignorance juridique mène à la souffrance du portefeuille!

Un jour, un moine bouddhiste m’a dit que l’ignorance était la clé des souffrances. Étant de religion catholique romaine, je lui ai répondu : «Sacréfice que c’est vrai!»

Selon lui, le seul remède à l’ignorance était (et là, je vulgarise) l’apprentissage. Une fois qu’une personne assimile un enseignement, elle ressent alors un extraordinaire sentiment de liberté.

Si je convertis ce principe dans le domaine juridique, cela donnerait ceci :

Ignorance = souffrance = mauvais contrat = perte d’argent

Apprentissage = liberté = bon contrat = gain d’argent

Illustrons cette matrice.

Exemple numéro 1 : ces pelouses qui font rêver

Demeurons dans l’ignorance… Nous nous sentons naturellement interpellés par ces entreprises d’entretien de pelouses qui, à la suite de 4 ou 5 visites, «verdiront» notre pelouse tout en nous soulageant d’un certain montant d’argent. Cela vaudra la peine parce que le plus fier de nos voisins en sera jaloux. Attention, le résultat n’est garanti que si tous les traitements sont donnés.

Apprenons maintenant... L’engrais utilisé par la plupart de ces entreprises en est un liquide qui, comme tout liquide, est évacué rapidement selon le traitement des eaux ordinaires (c’est pourquoi il est nécessaire pour ces entreprises de revenir chaque mois – soit pendant les 4 à 5 mois que dure la saison chaude). De plus, ce liquide ne travaille qu’en surface. En donnant à la plante des éléments nutritifs qu’elle n’aura pas à aller chercher ailleurs dans les profondeurs du sol, ses racines ne s’implanteront pas profondément en terre, ce qui la laissera fragile. Une plante, que ce soit un simple grain d’herbe ou un arbre gigantesque,  sera aussi solide que ses racines seront profondes (le moine m’a dit ça aussi). Ainsi, si on devait cesser ces traitements, ou si un quelconque fléau se produisait comme une infestation de vers blancs, notre pelouse serait laissée sans ses défenses naturelles et périrait (bien entendu, ces entreprises offrent tous les insecticides existants).

Que fait-on maintenant? Il n’est pas interdit de retenir les services de ces entreprises de pelouse, mais sachez réellement ce qu’ils offrent. Je vous ai fait un petit exemple avec la forme liquide de leur engrais, mais il y a encore plus à découvrir quant à leur traitement. Il suffit de se documenter. Lisez sur le phosphore ou sur les matières organiques qui composent les sols. La pelouse ne peut pas pousser partout de la même manière et la plupart du temps, une pelouse en santé ne serait même pas verte! Bref, plus vous en saurez, plus vous pourrez retenir leurs services, le cas échéant, en toute connaissance de cause.

Exemple numéro 2 : le poker en ligne (ou autre jeu de loterie en ligne)

Demeurons dans l’ignorance... Un ami d’un ami a fait fortune en jouant au poker en ligne. Selon lui, c’est le meilleur jeu parce que ce n’est pas un ordinateur qu’il faut battre, mais de vraies personnes à l’autre bout d’une autre connexion Internet. Il suffit d’être patient, d’attendre son jeu ou un âne (traduction libre du terme «donkey», fréquemment utilisé pour décrire un joueur qui aime donner son argent à autrui en jouant d’une façon misérable) et le tour est joué. C’est aussi facile que cela.

Apprenons maintenant… La maison, c’est-à-dire le site de poker en ligne, prend un pourcentage de rémunération sur chaque mise ; pour chaque jeu, il y a trois mises. Il est donc avantageux pour la maison qu’il y ait le plus de joueurs possible autour d’une table, qu’ils y restent le plus longtemps possibles et qu’ils augmentent leurs mises le plus souvent possible. La maison offre même des bonus, des cartes fidélités pour le temps passé sur leur table ; tout pour fidéliser leur patiente clientèle.

Que fait-on maintenant? Encore une fois, je vous donne ce seul indice sur cette industrie, mais interrogez-vous sur d’autres aspects comme les algorithmes (le logiciel qui permettrait une distribution équitable des cartes) ou encore la localisation des sièges sociaux de ces entreprises. Je ne vous empêche pas de jouer. Je vous dis seulement de le faire en toute connaissance de cause.

Conclusion

Peu importe le domaine, le produit ou le service dont vous avez besoin, plus vous vous informez sur celui-ci avant d’en faire l’acquisition, meilleur sera votre contrat avec l’entreprise qui l’offre.

N’oubliez jamais qu’un vendeur manipulateur (les mauvais vendeurs – ceux qui vous vendent des choses alors que vous n’en avez pas besoin – qui vous promettent des choses qui n’existent pas – qui, une fois payés, disparaissent) attaquera votre ignorance. Pour eux, c’est votre faiblesse et ils l’exploiteront. Pour eux, c’est avantageux! «C’est égoïste d’agir ainsi», me dira le sage moine, et il aura raison…

Laisser une réponse