Détection de mensonges : astuces du métier

Détection de mensonges : astuces du métier

Plusieurs concepts ont été développés pour aider l’avocat à traquer un mensonge. Nous vous en présentons quelques-uns, mais d’abord, nous expliquons la règle d’or dans la détection de mensonge.

  1. La règle d’or : l’impossibilité de mentir à un ami

Il est impossible de mentir à un ami ou à une personne de confiance pour laquelle nous avons un grand respect. Nous pouvons lui mentir en paroles, mais nos gestes nous trahiront tôt ou tard. À l’inverse, il est facile de mentir à nos ennemis. Quoi de plus plaisant que donner un faux renseignement à quelqu’un que nous détestons!?!

Le mensonge implique donc généralement une charge émotive qui sera accentuée ou diminuée selon notre sensibilité envers autrui ou envers une situation particulière. Il est ainsi normal qu’une personne dite « insensible » soit une bonne menteuse.

  1. Le mensonge par omission

Le mensonge par omission est le plus fréquent et le plus facile à exécuter. L’individu se contente d’acquiescer ou de nier avoir accompli un acte. Par exemple, si vous demandez à votre adolescent s’il a utilisé votre voiture, il vous répondra non et vous ne saurez jamais s’il s’agit de la vérité.

Pour contrer ce phénomène, l’avocat demande des explications au lieu de s’en tenir à des questions qui se répondent par oui ou par non. L’avocat souhaite ainsi forcer son interlocuteur à inventer une histoire, s’il y a lieu, plutôt que de le laisser prêcher par omission. Par exemple, il demandera à son adolescent qu’est-ce qu’il a fait de sa soirée et comment il a fait pour se rendre à un endroit en particulier. Les réponses de son ado peuvent ne pas être concluantes, mais les chances qu’il n’ait réellement pas emprunté sa voiture augmentent.

  1. Le langage des gestes

Les paroles et les gestes qui les accompagnent forment généralement un tout cohérent et logique. Ainsi, méfiez-vous des paroles qui ne concordent pas avec les gestes d’un individu. Par exemple, si quelqu’un vous dit qu’il vous adore, mais qu’il arbore un faciès qui simule l’écoeurement, il y a de fortes chances qu’il vous mente.

Aussi, plusieurs gestes peuvent trahir le menteur dont, notamment, le grattement du bout du nez. Oui, il y a un peu de vrai dans l’histoire de Pinocchio! Instinctivement, le menteur touchera le bout de son nez lorsqu’il sait que ce qu’il affirme n’est pas vrai.

L’avocat sait que ce geste (comme n’importe quel autre qui indique une fausseté) peut n’être qu’une coïncidence, mais il s’en servira néanmoins pour contre-vérifier les propos de son interlocuteur.

Conclusion

La détection d’un mensonge est une science inexacte, mais très utile pour quiconque désirant connaître la vérité. Toutefois, lorsque la situation se complique et implique une grande valeur, il vaut mieux contacter un expert en la matière.

Laisser une réponse